Une culture en résistance

Quand on parle de folklore aujourd'hui, on pense immédiatement à de riches et beaux costumes anciens, à des coutumes qui ne sont plus pratiquées par personnes, à des pratiques oubliées d'autant plus conservées par quelques initiés quelles sont complètement inadaptées à nos sociétés.

Ce folklore-là n'existe pas en Haut-Vallespir. Dans ce pays de peu, d'économie permanente, il n'y a pas de place pour la fioriture et le superflu, Tout est fait par besoin, tout a une fonction.

Les fêtes et traditions populaires sont indispensables à la survivance de la communauté villageoise telle qu'elle existe aujourd'hui. Dans notre monde globalisé, les modes de vie tendent à s'uniformiser et la permanence de pratiques anciennes crée un décalage culturel auquel les habitants de ce pays sont attachés. Il ne s'agit pas de chercher à se différencier, à cultiver une singularité identitaire. Il s'agit simplement d'adopter un mode de vie adapté à la situation du village, un mode de vie qui colle aux besoins et aux aspirations de cette micro-société, un mode de vie qui s'inscrit dans la tradition des anciens mais qui sait évoluer et donner la place qu'il faut à la modernité.

Les fêtes et traditions populaires participent de cette singularité. Elles permettent à la communauté villageoise de se rassembler autour d'invariants qui lui donnent une voie à suivre, un cap à maintenir quelles que soient les influences extérieures et garantissent ainsi la pérennité de la communauté.

Le Haut-Vallespir résiste, encore et toujours.

Brave gent del Pais !
Introduction
Dans la vallée...
Un culture en résistance
Ces braves gens de la vallée âpre
  • Facebook - Black Circle
Carnaval

Les semaines qui précèdent carnaval, tout le monde s'active pour préparer ce moment fort de l'année. Ici, James met la dernière touche au "Char de la Clique" qui sera présenté pour la cavalcade.