• Facebook - Black Circle

Dans la vallée...

Vallis Asperii. L'étymologie ne ment pas. Le Vallespir est une "vallée âpre" qui ne se donne pas facilement. Tout ici se mérite, surtout sur les hauteurs, dans ce que l'on appelle le "Haut-Vallespir". Saint Laurent de Cerdans ne déroge pas. Il ne faut pas se méprendre, son aspect pittoresque cache une rudesse qui met à mal beaucoup d'âmes mal préparées. C'est un pays taillé à la serpe, sauvage et rugueux, bourru. Et les hommes qui vivent ici ressemblent à leur pays.

Il n’existe pas deux solutions pour comprendre ce village. Il faut être là pour apprécier la forêt qui s'embrase en octobre et brûle les dernières heures de la belle saison. Il faut sentir le vent glacial planter ses crocs acérés dans les maisons fermées et recouvrir les toits fumants d'une brume algide. Il faut se déchaîner, quitter sa réserve et libérer sa folie durant le carnaval. Il faut savoir apprécier le retour des tendres pousses qui pointent sous la gelée d'avril. Il faut retenir sur sa peau les rayons du soleil des premières belles journées de l'été. Il faut tenir jusqu'au bout, les bras tendus vers le ciel et les mains serrées dans les mains de ses voisins, liés dans la ronde d'une sardane, les yeux levés vers le Bassegoda. Il faut être là pour comprendre ce village, il faut l'expérimenter, passer une année dans ses murs.  Alors, cette vallée cesse d'être âpre. Ici, Les gens qui vivent dans ce pays l'appellent Vallée Verte.